Rechercher
  • Charlotte OA

L'anoestrus ou absences de chaleurs



L’anœstrus est défini comme l’absence des manifestations cycliques de l’œstrus chez un animal pubère. Il est qualifié de primaire si aucune chaleur n’a été observée, et de secondaire si la chienne a exprimé un ou plusieurs cycles œstraux auparavant.

Chez les chattes reproductrices, la principale conséquence de l’absence de chaleurs est l’infertilité. Les situations qui aboutissent à un anœstrus ne peuvent pas toutes être corrigées et certaines sont irréversibles. Néanmoins, selon l’origine du trouble, certaines solutions sont possibles. Un blocage du sacrum, des lombaires ou du crâne peut engendrer un anoestrus mais être traité en ostéopathie.


Rappels anatomiques :


Les ovaires sont les glandes génitales femelles. Ils sont pairs et placés sous le plancher lombaire au niveau de L3 et L4. Les ovaires ont deux fonctions :

  • Ils synthétisent, stockent et libèrent des hormones : l’œstrogène, la progestérone et la prostaglandine.

  • Ils assurent la croissance, la maturation et l’émission de gamètes femelles.

L’utérus un organe creux, il fait suite à la trompe utérine et la relie à l’ovaire. Il se poursuit par le vagin. Il se situe lui aussi sous la région lombaire appendu de chaque côté par son méso : le ligament large. Il est sous le contrôle des hormones ovariennes et est qualifié de bipartitus chez la chatte.

Le vagin est un organe qui se situe dans la cavité pelvienne, il est médian. Il fait suite au col de l’utérus crânialement et caudalement et donne naissance au vestibule du vagin.


Le cycle ovarien :


Chez la chatte, les cycles œstraux débutent à la puberté, c’est-à-dire entre six et neuf mois selon la race. Avant la puberté les ovaires sont en état de quiescence : l’axe hypotalamo-hypophysaire n’étant pas fonctionnel, la LH et la FSH ne sont pas produites et donc les ovaires ne sont pas stimulés. La chatte a un polyoestrus saisonnier, c’est-à-dire qu’elle va avoir des cycles répétés en fonction de la saison. La saison sexuelle commence généralement vers janvier ou février, durant la période où les jours sont les plus longs (12 à 14 heures de lumière) et s’achève vers octobre ou novembre. Par ailleurs, l’ovulation est provoquée par le coït.

Le proestrus : correspond au début des chaleurs. La chatte attire le mâle grâce à ses phéromones. Elle refuse l’accouplement. Lors de cette période, il y a production de GNRH dans l’hypothalamus. La GNRH va atteindre l’hypophyse antérieure par le système porte hypotalamo-hypophysaire et stimuler la genèse de FSH, hormone folliculo-stimulante qui sera libérée dans le système génital pour atteindre les ovaires.

L’oestrus : la femelle accepte l’accouplement. S’il n’y a pas eu coït, la chatte entre dans une phase d’interœstrus pendant dix jours puis un nouveau cycle ovarien recommencera. S’il y a coït, un cycle ovulatoire va débuter : la stimulation du vagin va déclencher un pic de LH qui déclenchera l’ovulation.

L’interoestrus ou anoestrus : phase de repos sexuel qui va séparer deux cycles anovulatoires. La durée de cette étape est très variable mais on peut toutefois noter une moyenne entre 2 et 3 semaines. Durant cette étape l’animal retrouve un comportement tout à fait banal, ne cherchant plus à attirer les mâles = absence de chaleurs.


Dysfonctions ostéopathiques pouvant entrainer un anoestrus


Dysfonctions crâniennes : elles peuvent engendrer un dérèglement hormonal du système hypothalamo-hypophysaire. De part la position de l’hypophyse dans le crâne, un blocage de l’os sphénoïde ou de la symphyse sphéno-basilaire (SSB) entrainera un blocage de ce système et perturbera donc les hormones.L’hypophyse régule également d'autres glandes telles que la thyroïde, les glandes surrénales, de l'ovaire et du pancréas. C'est pour cela qu'il est important de lever les dysfonctions crâniennes pour soulager l'animal mais également permettre la bon contrôle des hormones.

Dysfonctions au niveau des lombaires et du sacrum: sous les premières vertèbres lombaires se trouve le plexus mésentérique caudal qui va au ganglion pelvien sympathique pour innerver l'appareil génital. Un blocage lombaire perturbera donc le bon fonctionnement des ovaires et pourra entraîner un anoestrus. Chez le chat, sous le sacrum, se trouve se trouve le plexus hypogastrique dont les fibres nerveuses parasympathique permettent une vasodilatation des vaisseaux sanguins au niveau des organes génitaux. Avoir un sacrum et des lombaires indemnes de toutes dysfonctions ostéopathiques permettra aux ovaires d’êtres mobiles et donc de fonctionner correctement.

Dysfonctions nerveuses: Une lésion des nerfs provenant du plexus ovarique qui lui provient du plexus mésentérique caudal (situé sous L2, L3, L4) et du plexus pelvien (situé sous le sacrum : S1, S2, S3) va potentiellement bloquer les lombaires et/ou le sacrum et avoir un impact négatif sur les ovaires. Cet article est évidemment valable pour tous les autres mammifères :) Je conclurai cet article par un des principes clés de l’ostéopathie :


« La structure gouverne la fonction » Andrew Taylor Still





16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout